Biographie

Né en 1987 à Nice (France), Thomas Delor débute la batterie dès l’âge de 8 ans et se tourne très rapidement vers le Jazz, musique qu’il a eu l’occasion d’apprécier depuis tout jeune grâce à la discothèque familiale et dans laquelle il ressent la possibilité de laisser libre cours à sa créativité.

Dès 16 ans, parallèlement à ses études supérieures de mathématiques, il commence à se produire sur les scènes jazz françaises et italiennes aux côtés de musiciens professionnels et est invité par le chef d’orchestre Avner Soudry en 2007 en tant que percussionniste dans l’orchestre classique instrumental de Nice.

Durant l’année 2008, il se rend pour la première fois à New York, voyage qui lui permettra par la suite de multiplier les rencontres musicales et de collaborer aux côtés de musiciens américains.

Diplômé à l’âge de 22 ans, il devient professeur de mathématiques dans le secondaire ainsi qu’en école préparatoire, ce qui lui permet de s’installer sur Paris au cours de l’année 2010. Rapidement établi dans la scène Jazz de la capitale, il décide alors de mettre fin à sa carrière d’enseignant pour se consacrer pleinement à la musique.

« Batteur autodidacte d’une grande musicalité, réputé pour son jeu original, expressif et haut en couleurs mêlant finesse, intensité, sensibilité et complexité, il base son travail principalement sur l’écoute, l’échange avec les musiciens et la recherche de sonorités. »

Par son esthétique affirmée et facilement identifiable, il développe un goût certain pour les petites formations (du solo au quartet), afin que son approche à la fois rythmique et diatonique de l’instrument prenne tout son sens. « La batterie est un instrument jeune qui a certes bien évolué mais qui pour moi n’en est qu’à son commencement. J’aimerais briser cette règle (que je ressens assez en France et dans son enseignement) qui offre à la batterie comme seules et uniques fonctions le rythme et le tempo…  Je pense qu’aujourd’hui la batterie se doit d’être un instrument à part entière, en accord avec l’ensemble, un espace à maîtriser afin d’en sortir de la « Musique », cela est la finalité du musicien me semble-t-il ».

Il remporte en 2010 le concours Jazz à Juan Révélations, puis est lauréat 2015 du Golden Jazz Trophy (présidé par Archie Shepp et Jean-Claude Casadesus). En 2016, il sort vainqueur du Concours National de Jazz de Nice, et est récompensé au Concours International d'Orchestres de Jazz (Prix Musical Matmut).

En 2016, il signe avec la marque de batterie Canopus Drums Company.

Depuis le début de sa carrière, il a eu l’occasion de multiplier les expériences musicales dans de prestigieux festivals (Nice Jazz Festival (Nice), Umbria Jazz Festival (Perugia), Jazz à Saint-Germain-des-Prés (Paris), Jazz à Juan (Juan-les-Pins), Orléans Jazz Festival (Orléans), La Baule Jazz Festival (La Baule)…),  clubs de Jazz (Sunset-Sunside (Paris), Duc des Lombards (Paris), Ronnie Scott’s Jazz Club (Londres), Fat Cat Jazz Club (NYC), Cleopatra's Needle (NYC), Blue Note Kyoto, Jazz Club Torino, L'Archiduc (Bruxelles), Bravo (Bruxelles), Jazz Club de Grenoble, Jazz Club d’Annecy…) et au cours de nombreuses tournées (New York, Japon, Russie, Maroc, Allemagne, Angleterre, Irlande, Italie, Hollande, Pologne, France, Suisse, Belgique…) pendant lesquelles il anime aussi régulièrement des workshops dans les conservatoires et écoles. 

Il a notamment joué/enregistré aux côtés des pianistes David Berkman, Eric Lewis, Noah Haidu, des guitaristes Philippe Petit, Philip Catherine, des contrebassistes Ugonna Okegwo, Miroslav Vitous, Christophe Wallemme, etc… et figure sur de nombreux albums.

Aujourd’hui, outre ses projets en tant que sideman, il possède un trio dont il est leader (sortie du premier album en janvier 2017), un projet solo mettant en avant l'ensemble des possibilités de l'instrument, ainsi que le « Chamber Metropolitan Trio », aux côtés du pianiste Matthieu Roffé et du contrebassiste Damien Varaillon ("Arkhè" sorti chez Hybrid'Music en 2015, soutenu par la SACEM).